Archives de catégorie : Nouvelles

Nouvelles

Tai ji Chuan

REPAS DU CLUB DE TAIJI QUAN,

Chères amies et chers amis pratiquants,

Laissez-moi vous faire quelques éloges en guise de remerciements de votre fidélité :

– Eloge de votre constance. Vous continuez avec persévérance à venir aux cours de TaiJi Quan et à vous s’applique donc pleinement cet adage chinois : « Ne craignez point d’être lent, craignez seulement d’être à l’arrêt ».

– Eloge de votre imperfection. Lorsque nous pratiquons l’enchaînement des mouvements, il m’a semblé parfois que vous appliquiez pleinement cet adage, encore un chinois : « Laissez toujours une petite place à l’erreur ». C’est la sagesse même, j’en suis bien d’accord.

– Eloge de votre vrai savoir. Je suis en effet certain qu’après de longues années de pratique vous avez atteint maintenant ce haut niveau de savoir où l’on découvre que « Connaître son ignorance est la meilleure part de la connaissance ». De cette découverte jaillit aussi la sagesse. Alors, oui, jouissons de notre ignorance et laissons-nous aller tranquillement… mais tout en allant de l’avant !

– Eloge de votre quête du bien-vivre. En continuant à cheminer après cette terrible découverte de notre ignorance astronomique, ne perdons pas courage. Car, je vous l’affirme, nous approchons alors du grand secret : alors même que la vie nous est insaisissable, il nous faut la prendre comme elle vient et toujours l’accueillir.

Chères amies et amis pratiquants, la pratique de cet art oriental infuse en nous quelque chose d’infinitésimal et de précieux, qui nous offre de pouvoir répondre aux trois grandes questions formulées par un grand philosophe :

– Que pouvons nous savoir ?

Nous dirons : l’alternance du Yin et du Yang.

– Que devons-nous faire ?

Nous dirons : vivre entre nous dans l’harmonie.

– Que nous est-il permis d’espérer ?

Nous dirons : que le Ciel nous soit favorable.

N’est-ce pas déjà beaucoup ?

Puisqu’il est bien connu qu’à l’être humain, selon un proverbe, chinois bien sûr, « il faut deux ans pour apprendre à parler et toute une vie pour apprendre à se taire », je me tiendrai là coi.

Merci à toutes et à tous de me donner de donner cours!

25 mai 2013

L’oiseau bleu

Mais où est-il donc passé, l’oiseau bleu?

 Serait-il dans le grenier, où il aurait fait son nid, d’où il partirait dehors en passant tout près de la corniche, là où un petit trou laisse passer la lumière entre les tuiles ? J’ai cherché dans le grenier, et je n’ai point vu de nid, mais j’ai dérangé les araignées en fouinant sous les poutres du toit. Continuer la lecture

La valise dorée

Bonne nouvelle selon St Jean (13,12-17).

Après leur avoir lavé les pieds, il reprit son vêtement et se remit à table. Il leur dit alors : « Comprenez-vous ce que je viens de faire ? Vous m’appelez « Maître » et « Seigneur », et vous avez raison car vraiment je le suis. Si donc moi, le Seigneur et le Maître, je vous ai lavé les pieds, vous aussi, lavez-vous les pieds les uns aux autres. C’est un exemple que je vous ai donné, afin que vous fassiez, vous aussi, comme j’ai fait pour vous. » Continuer la lecture